Leçons pour les juniors (10)

AJIVA TATTVA

Tout ce qui n’a pas de vie ou de conscience est un ajiva. Littéralement, ajiva signifie sans âme et, par conséquent, les ajivas ne peuvent pas accumuler de karmas. Ils n’ont pas de naissance, de mort, de plaisir ou de souffrance, ils sont achetan (inertes). Comme exemples d’ajivas on peut citer une boîte, une voiture, un éventail, une télévision, un appareil photographique, le fer, une montre etc.

La philosophie jaïne a divisé les ajivas en cinq catégories : 1) dharmāstikaya (le moyen du mouvement),  2)  adharmāstikaya (le moyen du repos),  3)  akashāstikaya (l’espace),  4) pudgalāstkaya (la matière) et 5) kāla (le temps).

 1. DHARMĀSTIKAYA

 Dharmastikaya est formé de deux mots : dharma+ astikaya. Le terme dharma ne se rapporte pas ici à la religion mais signifie le moyen du repos. Astikaya signifie une collection d’espaces.

 Dharmastikaya indique le moyen du mouvement des choses dans l’univers. En l’absence de ce mouvement, les jivas et les autres choses seraient incapables de se mouvoir. Ce moyen prédomine dans l’univers (loka), mais il est absent dans l’ aloka.

 2. ADHARMĀSTIKAYA

 Ce terme est aussi formé de deux mots : adharma+astikaya. Là encore, adharma ne se rapporte pas  au manque de religion  mais plutôt signifie le moyen du repos. En son absence, les jivas et les autres choses devraient bouger constamment.

 3. ĀKĀSHTIKAYA

 Akashtikaya est formé de deux mots : ākāsha et astikaya. L’ensemble de l’espace dans l’univers est appelé ākāsha. Dans le Jaïnisme, l’espace est divisé en deux parties : lokākāsha (loka) et alokākasha (aloka). Jiva, pudgala, kāla, dharmāstikāya et adharmāstikaya existent seulement dans le lokākāsha. Alokākasha est vide d’espace et ne contient ni jiva, ni pugdala, ni kāla, ni dharmāstikāya.

 4. PUGDALĀSTIKAYA

 Le mot pudgala est composé de deux termes : pud qui signifie addition et gala qui signifie division. En d’autres termes, ce qui change constamment par addition et/ou division est appelé pudgala ou matière. Toutes les matières dans l’univers sont des pudgalas.

 

 

 

 

 

 

Un pudgala a une forme ou une configuration. On peut le toucher, le goûter, le sentir ou le voir. Comme jiva, pudgala est mobile. Les particules de karmas qui s’attachent à notre âme sont des pudgalas. Pudgala peut être divisé et subdivisé dans une certaine mesure. La plus petite partie indivisible de pudgala est appelée paramānu. Un paramānu est encore plus petit qu’un atome. Lorsqu’il est attaché à un pudgala principal, il est appelé pradesha. Ces paramānus infra atomiques sont trop petits pour être détectés par la vue normale, mais ils peuvent se combiner. Quand un paramānu est combiné avec d’autres, on les appelle un skandha. Une partie de skandha est appelée desha. Ces skandhas peuvent être grands ou petits. Les petits skhandas sont être invisibles à l’œil, mais ils peuvent être vus lorsque leurs combinaisons sont plus grandes.

 5. KĀLA

 Kāla signifie le temps qui apporte les changements. Un enfant devient une jeune personne, une jeune personne devient une vieille personne et la vieille personne meurt. En d’autres termes, quelque chose qui est neuf devient vieux, usé et déchiré avec le temps. Tous ces changements impliquent le temps. Le passé, le présent et le futur sont ses différents modes. Ils se mesurent en termes d’années, de mois, de jours, d’heures, de minutes et de secondes. Pour des raisons pratiques, une seconde est la plus petite mesure du temps. Toutefois, le Jaïnisme reconnaît une mesure du temps encore plus petite que l’on appelle samaya et qui est une partie infime de la seconde.

 Ci-dessous figurent les mesures du temps employées par le Jaïnisme :

 La plus petite mesure du temps = 1 samaya,

d’innombrables samayas = 1 āvalikā,

16777216 āvalikās = 1 muhurta ( 48 minutes),

30 muhurtas = 1 jour et une nuit,

15 jours et nuits = 1 paksha (une quinzaine),

2 pakshas = 1 mois,

12 mois = une année,

d’innombrables années = 1 palyopam,

10 crores de crores de palyopams = 1 sagaropam,

10 crores de crores de sagaropams = 1 utsarpini ou 1 avasarpini,

1 utsarpini + 1 avasarpini = 1 kālcakra ( un cycle de temps).

 

Note : 1 crore = 10 millions.