Leçons pour les juniors ( 17)             

BHĀVANĀS

Bhāvanā signifie réflexion ou méditation. Nous sommes toujours à penser à quelque chose qui peut être proche ou aussi lointain que la fin du monde. Ces pensées peuvent nous causer du bonheur, de la tristesse, de la colère, de l ‘avidité, de la jalousie, de l’égoïsme etc. Suivant nos réactions, nous attirons dans notre âme diverses sortes de karmas. Aucune personne prudente ne voudrait attirer de mauvais karmas et, à certains niveaux, pas de karma du tout. Mais, ce n’est pas aussi facile que de tourner un bouton pour éteindre la lumière. Aussi, pour minimiser l’asservissement karmique, les Jinas nous ont enseigné l’observation de seize bhāvanās. Parmi celles-ci, les quatre qui suivent peuvent être facilement pratiquées par les laïcs ordinaires, les douze autres sont observées lorsque l’on devient plus avancé en matière d’élévation spirituelle.

  1. Maitri bhāvanā (penser à l’amitié),

  2. Pramoda bhāvanā (penser à l’admiration),

  3. Karuna bhāvanā (penser à la compassion),

  4. Madhyastha bhāvanā ( penser à rester neutre ou non impliqué).

Essayons de comprendre comment ces bhāvanās jouent un rôle important dans notre vie, comment elles peuvent nous éloigner des mauvais karmas et améliorer nos chances d’élever spirituellement nos âmes.

1. Maitri bhāvanā ( penser à l’amitié) . Le Seigneur Mahāvīra a dit “ Nous devons être les amis de tous les êtres vivants ". Le sentiment d’amitié contribue à l’amour et au respect des autres. Il est aussi à la base d’un sentiment de fraternité entre tous et, à son tour, il ne laisse pas de place au mal, à la tromperie ou aux querelles avec quiconque. Si nous méditons sur la maitri bhāvanā, nos pensées, nos paroles et nos actes ne seront pas durs et nous ne heurterons à personne. Au contraire, nous aiderons et nous protégerons tout le monde. L’amitié nous rendra tolérants, indulgents et attentifs les uns envers les autres. C’est pourquoi, si nous manifestons de l’amitié pour tous les êtres vivants, nous évitons les mauvais karmas.

2. Pramoda bhāvanā ( penser à l’admiration) . Dans cette bhāvanā, nous admirons le succès de nos amis, de nos chefs spirituels et des Arihantas. L’une des forces les plus destructrices dans notre vie c’est la jalousie. Par conséquent, l’amitié combinée à l’admiration détruit la jalousie. Au fur et à mesure que celle-ci s’efface, les impulsions négatives se transforment en positives et, à terme, nous sommes en paix.

3. Karuna bhāvanā (penser à la compassions) . Au lieu de réussir, beaucoup de nos amis se préoccupent de choses qui pourraient être évitées et qui ne devraient pas être faites. Certains même, parmi ceux qui réussissent, peuvent accumuler des vices comme l’avidité et l’ego. Ils ne sont pas sur la bonne voie. Ils peuvent être affaiblis, désespérés et stressés. A des moments comme ceux-là, nous devons méditer sur la karuna bhāvanā et montrer de la compassion pour eux, au lieu du dégoût ou de la haine. Nous devons leur montrer la bonne direction avec patience, tolérance, pardon et leur apporter l’aide dont ils ont besoin. Ainsi, nous pouvons éviter d’accumuler du mauvais karma pour nous et aussi pour eux.

4. Madhyastha bhāvanā ( penser à rester neutre ou non impliqué ) . La vie paraît n’être qu’implication. Parfois la situation évolue favorablement et parfois non. Aussi, au lieu d’être découragés, en colère ou impliqués davantage, nous devons méditer sur la madhyastha bhāvanā qui mène au sentiment que " Nous avons fait au mieux pour résoudre la situation ". Cela nous conduit à décider que, si quelqu’un ne veut pas comprendre, il faut le laisser seul, sans s’impliquer davantage. Nous devons simplement espérer qu’un de ces jours, cette personne comprendra les choses et changera. En observant cette bhāvanā, nous restons dans l’équanimité, au lieu de provoquer des remous dans notre esprit. Quand il reste neutre et non impliqué, le karma reste loin de lui.

Bref, nous pouvons éviter l’influx de mauvais karmas et vivre paisiblement, dans la vie dans le monde, en manifestant notre amitié pour tous les êtres vivants, en admirant leurs succès, en leur tendant nos mains quand ils sont dans la détresse, et en les laissant seuls, parfois, lorsqu’ils ne comprennent pas ce qui est bon et ce qui est mauvais. Ainsi, pour que l’observation des bhāvanās ci-dessus devienne notre façon naturelle de vivre, nous devons méditer sur elles aussi longtemps qu’il le faut. Si tel est notre but, c’est une réussite !