Jainworld
Jain World
Sub-Categories of LE SAMAYASĀRA

 Préceptes sur les Êtres favorables

 Préceptes sur les Enseignements du Jina 
 Préceptes sur l’Ordre religieux   
 Préceptes sur l’Exposé scriptural
 Préceptes sur le Cycle des transmigrations
 Préceptes sur les Karmas
 Préceptes sur la Foi erronée
 Préceptes sur le Renoncement à l’attachement   
 Préceptes sur la Religion 

 Préceptes sur le Contrôle de soi

Préceptes sur la Non-possessivité
Préceptes sur la Non-violence
Préceptes sur la Vigilance
Préceptes sur l’Éducation
Préceptes sur l’Âme
Préceptes sur la Voie de la libération
Préceptes sur les Trois Joyaux
Préceptes sur la Foi juste 
Préceptes sur la Connaissance juste
Préceptes sur la Conduite juste 
Préceptes sur la Réalisation spirituelle
Préceptes sur les Deux voies de la religion
Préceptes sur la Religion des laïcs
Préceptes sur la Religion des moines
Préceptes sur les Vœux
Préceptes sur l’Attention et le Contrôle de soi
Préceptes sur les Devoirs obligatoires
Préceptes sur la Pénitence
Préceptes sur la Réflexion
Préceptes sur la Coloration de l’âme
Préceptes sur le Progrès spirituel
Préceptes sur la Mort sans passion
Préceptes sur le Fondamental
Préceptes sur la Substance
Préceptes sur l’Univers
Préceptes sur le Non-absolutisme
Préceptes sur la Connaissance valable
Préceptes sur les Points de vue
Préceptes sur la Théorie de la relativité et des sept  prédicats
Préceptes sur la Réconciliation ou la Synthèse
Préceptes sur l’Installation
Conclusion
Hymne à Mahavira

SAMANA  SUTTAM
(SHRAMANA  SUTRA)  
 

Deuxième Partie
LA VOIE DE LA LIBÉRATION

17. Préceptes sur les trois joyaux (Ratnatrayasūtra)

a) Les trois joyaux compris du point de vue pratique (vyavahāra-naya).
(208)Avoir la foi dans l’existence de (substances comme) le dharma, etc. c’est la foi juste, avoir la connaissance des textes appelés Anga et Pūrva c’est la connaissance juste, persévérer dans la réalisation de la pénitence c’est la conduite juste. Les trois constituent la voie de l’émancipation comprise du point de vue pratique (vyavahāra-naya).
(209) On comprend par sa connaissance (juste) la nature des substances, on croit en elles par sa foi (juste), on se contrôle par sa conduite (juste) et on purifie son âme par la pénitence (i.e. les austérités).
(210) La connaissance sans la conduite juste, l’acceptation de l’ascétisme sans la foi juste, et l’observation des austérités sans le contrôle de soi, sont toutes futiles.
(211) Sans foi juste, il ne peut pas y avoir de connaissance juste ; sans connaissance juste, il ne peut y avoir de conduite juste ; sans conduite juste, il ne peut y avoir de suppression des karmas ; sans suppression des karmas il ne peut y avoir de nirvāna ( de salut).
(212) La connaissance juste est inutile sans conduite juste, l’action est inutile sans connaissance juste. Assurément, en cas de conflagration, l’homme estropié brûle, même s’il est capable de voir, alors que l’aveugle brûle même s’il est capable de s’enfui
(213) Le résultat désiré est atteint lorsqu’il y a une harmonie entre connaissance juste et conduite juste, car un char ne roule pas avec une seule roue. C’est comme un estropié et un aveugle qui vont ensemble dans une forêt et qui s’arrangent pour atteindre la ville en s’aidant l’un l’autre.
b) Les trois joyaux compris du point de vue réel (nishcaya-naya)
(214) Le soi est caractérisé par la foi juste et la connaissance juste est une simple affirmation ( par vyavahāranaya). En réalité, ce qui transcende tous les points de vue s’appelle le Soi (Samayasāra)
(215) Du point de vue pratique, la foi, la connaissance et la conduite doivent toujours être chéries par les saints. Mais ils doivent savoir que, du point de vue réel, les trois sont le soi.
(216) On dit, du point de vue réel, que l’âme qui comprend les trois ensemble et qui n’agit pas autrement ou qui ne s’en éloigne pas, même d’un faible degré, suit la voie de la libération.
(217) La foi juste signifie une âme absorbée en elle-même ; la connaissance juste est celle de la nature (réelle) de l’âme ; la conduite juste consiste à poursuivre fidèlement cette voie.
(218) Assurément, mon âme est ma connaissance juste, ma foi juste, ma conduite juste, mon renoncement aux actes mauvais, mon self-contrôle et ma méditation.