Jainworld
Jain World
Sub-Categories of LE SAMAYASĀRA

 Préceptes sur les Êtres favorables

 Préceptes sur les Enseignements du Jina 
 Préceptes sur l’Ordre religieux   
 Préceptes sur l’Exposé scriptural
 Préceptes sur le Cycle des transmigrations
 Préceptes sur les Karmas
 Préceptes sur la Foi erronée
 Préceptes sur le Renoncement à l’attachement   
 Préceptes sur la Religion 

 Préceptes sur le Contrôle de soi

Préceptes sur la Non-possessivité
Préceptes sur la Non-violence
Préceptes sur la Vigilance
Préceptes sur l’Éducation
Préceptes sur l’Âme
Préceptes sur la Voie de la libération
Préceptes sur les Trois Joyaux
Préceptes sur la Foi juste 
Préceptes sur la Connaissance juste
Préceptes sur la Conduite juste 
Préceptes sur la Réalisation spirituelle
Préceptes sur les Deux voies de la religion
Préceptes sur la Religion des laïcs
Préceptes sur la Religion des moines
Préceptes sur les Vœux
Préceptes sur l’Attention et le Contrôle de soi
Préceptes sur les Devoirs obligatoires
Préceptes sur la Pénitence
Préceptes sur la Réflexion
Préceptes sur la Coloration de l’âme
Préceptes sur le Progrès spirituel
Préceptes sur la Mort sans passion
Préceptes sur le Fondamental
Préceptes sur la Substance
Préceptes sur l’Univers
Préceptes sur le Non-absolutisme
Préceptes sur la Connaissance valable
Préceptes sur les Points de vue
Préceptes sur la Théorie de la relativité et des sept  prédicats
Préceptes sur la Réconciliation ou la Synthèse
Préceptes sur l’Installation
Conclusion
Hymne à Mahavira

SAMANA  SUTTAM
(SHRAMANA  SUTRA)  
 

Deuxième Partie
LA VOIE DE LA LIBÉRATION

19.Préceptes sur la connaissance juste (Samyagjñānasūtra)

(245)Après avoir écouté les écritures, une personne parvient à connaître ce qui est bon et ce qui est blâmable, ayant ainsi la connaissance en écoutant, on doit faire ce qui conduit au bien-être.
(246)Aussi, sous l’influence de sa connaissance (scripturale), il devient ferme dans sa foi, sa méditation, son observation des vœux, son self-contrôle, et il vit une vie de pureté toute sa vie sans aucune défaillance.
(247) Comme un moine continue à maîtriser les écritures avec une dévotion extraordinaire et un intérêt sans limite, il éprouve un bonheur suprême avec une foi renouvelée accompagnée d’une absence de passion.
(248) Une aiguille avec un fil (passé dedans) n’est pas perdue, même quand elle tombe dans un tas d’ordures, de même, une personne qui possède la connaissance des écritures ne perd pas son soi, même si elle est impliquée dans le cycle des transmigrations.
(249)Ceux qui ont renoncé au joyau de la foi juste continueront à errer dans différents états de l’existence ordinaire, car elles sont dépourvues des dévotions particulières aux qualités vertueuses, même si elles peuvent connaître les diverses écritures.
(250 et 251 ) Une personne, qui a en elle-même un iota d’attachement, bien qu’elle puisse connaître toutes les écritures, ne comprendra pas la nature de l’âme. Celui qui ne connaît pas la (nature de l’âme) ne connaîtra pas non plus le non-âme. Comment une personne, qui ne connaît pas l’âme et le non-âme, peut-elle devenir une personne qui a la foi juste ?
(252) Suivant les enseignements du Jina, la connaissance est ce qui aide à comprendre la vérité, contrôle la pensée et purifie l’âme.
(253) Suivant les enseignements du Jina, c’est par la connaissance que les liens de l’attachement sont rompus, l’attraction vers ce qui est favorable se développe, et les sentiments d’amitié se renforcent.
(254) Celui là seul connaît toute la doctrine du Jina, qui connaît l’âme, délivrée de la matière karmique, différente de tout autre chose, dépourvue de toutes particularités et bien décrite dans les écritures.
(255) Celui qui sait que le soi est totalement différent du corps impur et qui possède la connaissance comme sa propre forme connaît tout le corps des écritures.
(256) Celui qui connaît l’âme comme le pur soi atteint un soi pur. Mais celui qui considère l’âme comme ayant une nature impure devient lui-même impur.
(257) Celui qui connaît l’intérieur, connaît l’extérieur et celui qui connaît l’extérieur connaît l’intérieur.
(258) Celui qui connaît l’un (le soi) connaît tout ce qui est autre ; et celui qui connaît tout, connaît l’un (le soi).
(259) Soyez toujours plongé dans la connaissance pure ; soyez toujours satisfaits d’elle, soyez heureux avec elle ; vous aurez le bonheur suprême par elle.
(260) Celui qui connaît l’Arhat du point de vue de la substance, des attributs et des modifications, connaît aussi l’âme pure ; son illusion prendra sûrement fin.
(261) De même que quelqu’un qui a un trésor le dépense de façon bien élevée, de même l’homme sage, qui a acquis le trésor de la connaissance, en jouit ignorant tout plaisir dérivé de toute autre chose.