Jainworld
Jain World
Sub-Categories of LE NIYAMASĀRA
L’ÂME (Jiva)  
  CE QUI N’A PAS D’ÂME (Ajiva)
  L’ACTIVITÉ DE LA PENSÉE PURE ( Shuddha Bhava)
 

LA CONDUITE JUSTE PRATIQUE (Vyavahara Charitra)

  LE REPENTIR  (Pratikramana)
  LE RENONCEMENT  ( Pratyaichyana)
  LA CONFESSION   (Alochana)
 

L’EXPIATION  (Prayashchitta)

  L’ÉQUANIMITÉ  SUPRÊME  (Parama Samadhi)
  LA DÉVOTION SUPRÊME  (Parama  Bhakti)
  L’INDÉPENDANCE  RÉELLE (Nishchaya Avashyaka)
  LA CONSCIENCE PURE  ( Shudda Upayoga)

LE NIYAMASĀRA                           

CHAPITRE V  LE REPENTIR  (Pratikramana) 

41.  Je ne suis ni de condition infernale, ni sous-humaine, ni humaine, ni céleste. Je ne suis pas  l’auteur, je ne fais pas faire par d’autres, et je n’approuve pas les auteurs.

42.  Je ne suis dans aucune des quêtes d’âme, dans aucune des étapes spirituelles et je n’appartiens à aucune des  classes d’âmes. Je ne suis ni l’auteur, ni celui qui fait faire  par d’autres, ni je ne suis  l’approbateur des auteurs.

43.  Je ne suis ni un enfant, ni un jeune, ni un vieux, ni leur cause. Je ne suis ni l’auteur, ni je ne fais faire par d’autres, ni je ne suis l’approbateur des  auteurs.

44.  Je ne suis ni l’attachement, ni l’aversion, ni l’illusion, ni leur cause. Je ne suis ni l’auteur, ni je ne fais faire par d’autres, ni je ne suis l’approbateur des auteurs.

45.  Je ne suis ni la colère, ni l’orgueil, ni la tromperie, ni la cupidité. Je ne suis ni l’auteur, ni je ne fais faire par d’autres, ni je ne suis l’approbateur des auteurs.

46.  En pratiquant l’analyse de soi, une âme parvient à l’équanimité et ainsi atteint la conduite juste. En vue de fortifier cette conduite, je parlerai du repentir, etc.

47.  Celui, qui laissant de côté toutes les formes de parole et qui s’étant débarrassé des activités impures de la pensée, telles que l’attachement, etc., médite sur son âme, est dit, du point de vue réel, avoir le repentir (pratiktamana).

48.  Celui, qui évitant toutes les sortes de transgressions particulièrement, est absorbé dans la contemplation de soi, est dit avoir le repentir, parce qu’il est lui-même l’incarnation du repentir.

49.  Celui, qui évitant toutes les sortes de manque d’inclination pour la conduite, est absorbé dans la conduite de soi, est dit avoir le repentir, parce qu’il est lui-même l’incarnation du repentir.

50.  Celui, qui évitant la mauvaise voie, marche fermement sur la voie juste des Vainqueurs (Jinas), est dit avoir le repentir, parce qu’il est lui-même l’incarnation du repentir.

51.  Un saint, qui évitant toutes les activités épineuses de la pensée, bénéficie des modifications de seulement une activité de la pensée sans tâche, est dit avoir le repentir, parce qu’il est lui-même l’incarnation du repentir.

52.  Un saint, qui évitant les activités non contrôlées de la pensée, est absorbé dans le triple contrôle de la pensée, du corps et de la parole, est dit avoir le repentir, parce qu’il est lui-même l’incarnation du repentir.

53.  Celui, qui évite les pensées de souffrance et de mauvaise volonté et qui entretient des pensées droites et pures, est dit avoir le repentir, dans les aphorismes délivrés par les Vainqueurs (Jinas).

54.  Les activités impures de la pensée, telles que la foi fausse, etc. ont été expérimentées depuis l’éternité par une âme dans le monde, mais les activités pures de la pensée, telles que la foi juste, etc. n’ont jamais été expérimentées  par cette âme.

55.  Celui, qui ayant complètement renoncé à la foi fausse, à la connaissance fausse et à la conduite fausse, médite sur la foi juste, la connaissance juste et la conduite juste, est dit avoir le repentir.

56.  L’âme est une catégorie suprême. Les saints absorbés en elle détruisent les karmas ; par conséquent, seule la concentration de soi est le repentir du niveau le plus élevé.

57.  Un saint, absorbé dans la concentration de soi, renonce à tous les défauts. Par conséquent,  seule la concentration de soi  constitue le repentir de toutes les transgressions.

Celui, qui ayant compris les modes du repentir, tels que relatés dans l’écriture  connue sous le nom de « Pratikramana Sutra », médite sur eux, est alors dit avoir le repentir, du point de vue pratique.